WINTZENHEIM 39-45

Commerces et débrouille en temps de guerre


Wintzenheim

Le comptoir de la petite épicerie Sadal, à l'angle de la rue Oberlinden en face de l'ancienne pharmacie, était tenue depuis sa création en 1935 par Angèle Furstoss et sa fille Irène.
En 1944, la pénurie se fait sentir, certains casiers sont peu garnis. Il faut dire aussi qu'à l'époque, de nombreux produits alimentaires sont vendus en vrac...
(collection Irène Furstoss)

Quand tout manque

Pas facile en temps de guerre de trouver tout le nécessaire pour la vie quotidienne. Les importations sont interrompues, les transports et livraisons se font mal, des usines sont détruites...

En 1943-1944, la pénurie est telle que certains tickets d'alimentation ne pourront même pas être utilisés. On cherche à trouver des produits de remplacement pour les produits qui manquent le plus. Pour le café, les ersatz sont multiples. La chicorée bien sûr, mais aussi la carotte grillée, moulue ou pilée ! Les fumeurs se mettent à planter du tabac dans leur jardin… voire à rouler dans leur papier à cigarettes les feuilles séchées les plus diverses. Enfin, le topinambour, qui a la faculté de pousser dans les plus mauvais terrains, remplace souvent la pomme de terre. On se met à cuisiner des soupes à l’ortie, aux feuilles de radis, à la luzerne...

Le savon manque ? On apprend à en fabriquer en mélangeant suif, cristaux de soude et résine. Autre recette possible : un plein seau de feuilles de lierre à faire bouillir deux heures dans cinq litres d’eau puis à mélanger, une fois filtré, avec un demi-paquet de lessive, permet d’obtenir, refroidi dans des petits moules, d’excellents savons ! Pour se chauffer, tout est bon : journaux, papiers mis en boulettes, boîtes en carton remplies de sciure et de poussière...

Les vêtements sont recousus sur l’envers quand l’endroit devient trop râpé ou bien sont teints pour donner l’illusion du neuf. Lorsqu’ils sont troués, les pull-overs, les chaussettes et même les bas de coton sont détricotés : on utilise ensuite leur laine ou leur fil pour refaire du neuf. Enfin, faute de tissus bien chauds pour l’hiver, on glisse du papier de journal dans les doublures de vêtement pour se protéger du froid...

Source : texte de Marie-Odile Mergnac


Publicités allemandes durant l'occupation

Sur la photo du Sadal, autour du panonceau "Heil Hitler", on remarque une publicité pour les produits de nettoyage allemands IMI et SIL.
René Furstoss et Paul Hirlemann se rappellent qu'il en existait deux autres, qui s'appelaient HENKO et ATA, et les gens de chanter :

 "Wenn HENKO, SIL und IMI ATA (ada) gehn, dann gebts weder Marseille Seif !"
(quand Henko, Sil et Imi s'en iront, il y aura de nouveau du savon de Marseille !).

  

 Was ATA putzt, poliert und scheuert, ist ohne Seife rasch erneuert !

 

 

Präg'dir immer wieder ein : zum Scheuern muss es ATA sein !

Hausfrau begreife : HENKO spart Seife !

Publicités tirées de la revue "Der Adler - Herausgegeben unter Mitwirkung des Reichsluftfahrtministeriums"
Numéros du 23 décembre 1941, 20 janvier 1942 et 14 avril 1942
(collection Paul Hirlemann)

Recherchons photos ou témoignages concernant les commerces de Wintzenheim durant la guerre


PRECEDENT - SUIVANT

Copyright SHW 2020 - Webmaster Guy Frank

E-mail
contact@knarf.info

Retour au Menu
WINTZENHEIM 39-45

Société d'Histoire de Wintzenheim
www.shw.fr