WINTZENHEIM 39-45

Lucien Brenner, jeune Alsacien sous l'occupation nazie


Lucien Brenner est né à Wintzenheim dans le Haut-Rhin le 22 février 1922. Son père qui était coiffeur dans ce village meurt en 1933. En 1936, à 14 ans, Lucien est reçu au Certificat d'Études et entre en apprentissage pour trois ans chez un coiffeur d'Ingersheim, village voisin.

L'Alsace est française et la France est encore en paix. Le dimanche, les jeunes gens partent en bandes joyeuses faire des randonnées dans la montagne. Lucien Brenner et Raymond Sontag font partie de la même bande. Raymond et les autres copains ont trouvé du travail à Sochaux et un emploi de coiffeur pour Lucien qui devrait les rejoindra à l'automne.

Mais le 3 septembre 1939, la guerre est déclarée entre l'Allemagne d'Hitler et la France. Lucien reste à Wintzenheim. Il travaille au salon de coiffure avec sa mère. Raymond Sontag a été mobilisé dans l'aviation et part en Algérie, à Blida.

En juin 1941, alors qu'Hitler a annexé l'Alsace au Reich allemand après la défaite militaire de la France de juin 1940, Lucien, âgé de 19 ans, entre en contact avec Auguste Sontag, le frère aîné de Raymond. Auguste est instituteur et résistant. Il charge Lucien de distribuer des tracts antinazis, lui demande de transporter des documents à Colmar et à Réguisheim où Auguste avait été instituteur durant l'année scolaire 1935-1936. Il fera encore deux voyages à Merxheim et distribuera clandestinement l'Humanité à Wintzenheim. De plus, Auguste lui demande de cacher une machine à écrire. Avec les nazis, cela peut conduire à la prison et à la mort.

Lucien BrennerLucien Brenner, canonnier à Augsbourg fin 1942, il a 20 ans (Fotohaus Dom, M. Lang Augsburg)

Le R.D.A.

En août 1941, Lucien passe le conseil de révision pour le ReichsArbeitsDienst. Le R.D.A. est un service civil de travail obligatoire pour tous les jeunes Allemands, une formation paramilitaire préparatoire à leur incorporation dans l'armée. Il fait une demande de sursis comme soutien de famille, on le lui accorde pour un an, il pensait donc pouvoir rester travailler dans le salon de coiffure avec sa mère.

Le 8 octobre 1941, un de ses copains, Paul Hirlemann, lui propose de quitter l'Alsace avec lui et René Koch pour la zone dite libre. Lucien n'en voit pas l'urgence. Malheureusement le 11 octobre, le Stellungsbefehl, la convocation pour le service au R.D.A., arrive chez les Brenner. La mère de Lucien va présenter l'attestation de sursis à un officier du R.D.A. qui aussitôt déchire le papier en lui disant : "Er muss die Lücken ausfüllen !", ce qui veut dire : il faut boucher les trous laissés par les jeunes Alsaciens qui avaient pris la fuite pour ne pas être incorporés dans l'armée nazie.

Quatre jours plus tard, il portait l'uniforme à croix gammée du R.D.A. Une quinzaine de jours après, il lui a fallu prêter serment au Führer sur le drapeau allemand et le portrait d'Adolf Hitler. L'Oberstfeldmeister von der Heyde a expliqué aux jeunes recrues, dans un style très militaire, ce qu'est un serment et a bien précisé à l'intention des Alsaciens que ceux qui ne se sentaient pas assez forts, ne devaient pas faire de parjure. A la suite de quoi, une délégation de candides Alsaciens s'est présentée devant l'Oberstfeldmeister pour lui expliquer qu'ils ne se sentaient pas assez forts pour prêter serment. L'officier est devenu furieux et leur a précisé pour conclure l'entretien : "Je ne peux pas vous obliger à prêter serment sur le drapeau allemand, mais celui qui refuse sera dans les vingt-quatre heures là où il doit être avec toute sa famille".

Dans les faits, cela signifiait que le jeune était jeté en prison, puis dans un camp. Quant à sa famille proche, père, mère, frères et sœurs, elle ne  disposait que de deux heures à partir du moment où la décision de déportation lui était signifiée, pour boucler une maigre valise et partir en camp de travail à l'intérieur de l'Allemagne. Leurs biens, maisons, meubles, étaient vendus au profit de l'État allemand, pillés et dispersés.

Il faut bien avoir cela à l'esprit pour comprendre qu'une semaine après, tout le monde était dans la cour de la caserne, la main levée pour prêter serment. Les réticents n'étaient pas contraints à ouvrir la bouche. Perdus dans la masse, leur silence ne se remarquait pas.

Jusqu'en avril 1942, Lucien est en Allemagne où il participe à la construction de fondations pour des hangars de chars d'assaut.

Au début du mois de mai 1942, il retourne à Wintzenheim. Il n'aura plus de contact avec la Résistance car Auguste sera arrêté le 25 mai par la Gestapo. Pendant trois mois et demi, Lucien remplacera le coiffeur de Turckheim qui a été interné au camp de Schirmeck, comme ce sera le cas pour vingt-quatre mille Alsaciens.

Le service obligatoire

En août 1942, il passe le conseil de révision pour le service obligatoire dans la Wehrmacht. Il est enrôlé de force dans l'armée allemande. Toute tentative de rébellion est réduite à néant car les Alsaciens sont répartis à raison de deux par compagnie de 110 hommes et les Allemands se vengent cruellement sur les familles de ceux qui tentent une désertion.

Donc le 14 octobre, Lucien part pour Augsbourg dans le Württemberg. Il est affecté comme canonnier dans l'artillerie légère. A la fin de leurs classes, qui est la période d'apprentissage dans l'armée, on annonce aux recrues qu'elles allaient partir combattre à Kiev en Ukraine. Or, tous sont partis sauf Lucien, qui n'a jamais compris pourquoi on l'a laissé traîner six mois dans la caserne "Arras" à Augsbourg. A cette époque, il pensait être compromis dans la Résistance à cause de son engagement avec Auguste Sontag. Mais Auguste n'avait pas parlé, et jamais Lucien n'a été inquiété à cause de sa participation à la Résistance.

Après la débâcle de Stalingrad en avril 1943, l'armée allemande était à la recherche de chair à canon. Lucien a été désigné pour partir en Russie en tant que coiffeur des combattants. Dans le même temps, un sous-officier lui propose de se porter volontaire pour aller servir dans le sud de la France, où les Allemands installaient des batteries côtières. Il accepte. On lui donne trois jours de permission et à son retour on l'expédie en Grèce, sur l'ile de Lemnos, face aux Dardanelles.

Lemnos

Salonique (Thessalonique) et l'île de Lemnos face aux Dardanelles

A Lemnos, face aux Dardanelles

Ils étaient deux Alsaciens dans cette batterie d'artillerie lourde, équipée de six canons de 155 français. Il y avait beaucoup d'Autrichiens, des Polonais, et majoritairement des soldats allemands âgés qui avaient participé à la campagne de Russie. Dans un premier temps, ils étaient cantonnés chez l'habitant grec, puis sous des tentes et enfin dans des bâtiments en pierre construits pour eux.

SaloniqueLucien Brenner en 1943 devant la Tour Blanche de Salonique avant son embarquement pour Lemnos (collection Lucien Brenner)

Lucien est resté dix-huit mois en Grèce. Il assurait un service au poste d'observation et était le coiffeur de toute la compagnie, ce qui lui permettait d'avoir des contacts personnels à tous les échelons, depuis le canonnier jusqu'au capitaine. L'ambiance était bonne. Il n'y avait pas d'animosité envers les Alsaciens. Les Allemands croyaient en leur victoire et souhaitaient surtout retourner chez eux le plus vite possible, car la plupart étaient des hommes mariés.

Personne n'abordait de sujets politiques. Chacun se méfiait des autres. Mais un jour, un Allemand de Cologne qui avait une cinquantaine d'années se confie à Lucien : " Si nous devions expier pour tout ce que nous avons fait en Russie, il ne resterait plus pierre sur pierre en Allemagne ".

Une autre fois, un jeune soldat originaire de Prusse Orientale, qui avait été blessé en Russie, lui a raconté l'un des évènements horribles qu'il avait vécu là-bas : des soldats de la Wehrmacht ont soulé une fille russe. Ils l'ont déshabillée, lui ont attaché une grenade à mains entre les jambes et l'ont jetée dehors dans la neige. Ce jeune soldat a disparu un jour sans que l'on sache ce qui lui était arrivé.

En juin 1944, Lucien a une permission de trois semaines pour retourner chez lui, en Alsace. Il atteint Salonique à bord d'un magnifique voilier école. Puis le train l'emmène à Belgrade où l'on enjoint aux militaires de retourner à leur unité à cause du débarquement en Normandie. Cependant, les permissionnaires des îles étaient autorisés à continuer leur voyage vers leurs familles, tandis que l'on rassemblait les autres pour les envoyer sur le front de l'Est.

Les trois semaines écoulées, il a fallu s'arracher à l'ambiance familiale et retourner à Lemnos. Lorsqu'un soldat alsacien se dérobait, sa famille était déportée, Lucien a donc rejoint Salonique dans un train presque vide parce que les soldats allemands étaient massivement envoyés en Russie. Tandis qu'il attendait à Salonique pour se rendre à Lemnos, il achète un journal français. Des gendarmes allemands l'interpellent et lui demandent s'il savait lire le français, vérifient ses papiers et lui font un rappel à l'ordre car il n'était pas vêtu correctement : il portait un short et des bottes ! Cela lui a valu trois jours d'arrêt pour tenue incorrecte.

Comme il n'y avait pas de prison dans le campement, il a passé ses trois jours dans le local des gardes, avec pour compagnon, une jeune fille grecque accusée de ne pas dénoncer ses compatriotes pour vol de matériel militaire. Cette jeune grecque était bonne à tout faire chez le lieutenant. Elle avait les fesses ensanglantées. Un des plus vieux soldats de la batterie l'avait frappée avec son ceinturon. Lucien n'a pas trop détesté ses trois jours de punition car le cachot improvisé servait en fait au stockage d'aliments comme les marmites de pommes de terre au cumin, le sucre, le sel. Les Grecs de Lemnos vendaient aux Allemands des produits de leur pêche et de leurs récoltes : céréales, raisin, tomates, noisettes, figues, melons.

Sur la montagne, au-dessus du secteur où se trouvait la batterie, il y avait un poste d'observation tenu par un sergent et trois soldats. De temps à autre Lucien devait aller leur couper les cheveux. Pour grimper au sommet de la montagne, il profitait d'un âne que les Grecs étaient obligés de mettre à la disposition de la Wehrmacht. Pendant que le coiffeur officiait, l'âne s'ébrouait dans un enclos entouré de fils de fer barbelés. Un jour, son travail terminé, il s'aperçoit que l'âne avait disparu. Il le cherche avec l'aide du sergent et de deux soldats et le retrouve en mauvaise posture dans les barbelés, blessé au ventre par un piquet.

Lucien redescend de la montagne en marchant près de son âne et lui lave la plaie au bord d'un petit ruisseau. Arrivé à son village d'origine, Fisini, le petit âne se met à trotter. Il était déjà tard lorsque le jeune alsacien atteint son cantonnement. Le bureau était fermé et il n'a pas pu faire son rapport sur l'accident de l'âne. Le lendemain matin, il est appelé au bureau du lieutenant qui l'attendait en compagnie d'un jeune couple de Grecs. On lui annonce que l'âne est mort, tué d'un coup de baïonnette. La jeune femme s'acharnait à accuser Lucien. Le lieutenant a promis de leur procurer un ânon tout en exigeant du jeune couple qu'il monte examiner le piquet qui a causé la blessure de leur âne.

Les soldats n'étaient pas informés de ce qui se passait dans le monde, mais les nouvelles de la Wehrmacht filtraient parmi eux. Ils se doutaient que les Allemands reculaient devant les Russes et les Américains. De grandes batailles se déroulaient en Europe Centrale et en Pologne.

En octobre 1944, c'est la fuite précipitée en direction de Salonique à bord d'un voilier deux mâts. Les canons sont abandonnés sur l'île. Pendant la traversée, ils ont failli être pris pour cible lors d'une attaque aérienne des Américains qui bombardaient le port de Salonique.

Lucien Brenner

A gauche, Lucien Brenner, coiffeur à la Küsten-Batterie sur l'île de Lemnos en Grèce (collection Lucien Brenner)

En Yougoslavie

A Salonique, Lucien est muté dans une unité de batterie légère avec chevaux et mulets, il constate que les canons de 75 sont français. Il marche en direction de la Yougoslavie dans une colonne sans fin composée par l'infanterie, l'artillerie, les marins et les civils. Tout ce monde fuyait vers le nord. C'était le début d'une longue retraite, par un grand froid, à travers la Macédoine, le Kosovo, le Monténégro et la Bosnie. Les Bulgares avaient tourné leur veste et déclaré la guerre à l'Allemagne.

En Macédoine, le chef de batterie a donné l'ordre de prendre position contre les Bulgares. Lucien est resté avec le train d'artillerie qui est allé se stationner dans un village. Au bout de cinq jours, ce qui restait de la batterie d'artillerie en hommes et en matériel, est rentré par un chemin creux, au milieu de la nuit, avec chevaux et mulets mais sans canons. Les soldats ont raconté qu'ils avaient été encerclés par les Bulgares qui leur étaient supérieurs en nombre. Mais Lucien avait l'impression que les artilleurs n'avaient pas envie de se battre et que ceux qui étaient d'origine polonaise avaient déserté car il ne les a pas revus.

On était en novembre 1944. Ils faisaient retraite pour rentrer en Allemagne, et les Allemands tenaient encore les grands axes. Lorsqu'une patrouille était envoyée en reconnaissance, elle se faisait mitrailler par les partisans de Tito. Un jour au Monténégro, Lucien avec quelques soldats allemands s'approchait d'un hameau afin de demander du foin pour les chevaux. Ils sont accueillis par des rafales de mitraillette. C'était la débandade. Une unité de la Wehrmacht qui se retirait vers le nord se trouvait à cet endroit. Elle a tiré sur le hameau avec un Vierling (canon anti-aérien à 4 tubes), ce qui a fait fuir les partisans yougoslaves. Sur le terrain, ils ont retrouvé l'adjudant qui s'était suicidé d'une balle dans la tête. Il avait été blessé à la hanche par les partisans de Tito. Dans l'armée allemande, une des hantises était d'être fait prisonnier par les Yougoslaves ou les Russes.

Vierling

Canon anti-aérien léger Flakvierling 38, pièce de DCA composée de 4 canons de 20 mm. Cadence de tir : 1800 coups/minute.

La traversée de la Bosnie s'est déroulée sans incident. Le 31 décembre 1944, au milieu de la nuit, c'est l'entrée dans Sarajevo où Lucien est heureux de se débarrasser de ses poux. Puis il continue, au milieu de la troupe, la lente retraite vers la frontière autrichienne. On leur avait remis quatre canons antichars de 88 allemands. Le premier a roulé sur une mine. Le second a dû être démantelé et jeté dans une rivière parce qu'il n'y avait plus de carburant pour le camion qui le tractait. Le troisième a glissé dans un étang.

Au mois d'avril 1945, en Slavonie, lors d'une incursion en territoire contrôlé par les partisans de Tito, Lucien se retrouve parmi les dix premiers de la file indienne, surpris par des tirs de mitraillette. Les partisans leur criaient quelque chose comme : "Napred ! ", ce qui signifiait : " On attaque ! " et sous-entendait : " Sauvez-vous ! ".Aussitôt les Polonais se sont enfuis. Lucien et les autres soldats se sont empressés d'en faire autant. Ils ne sont pas allés loin. Le commandant allemand les poursuivait en les menaçant, révolver au poing. De retour à leur point de départ, ils ont trouvé un sous-officier et un adjudant tués, le lieutenant blessé, mais les partisans s'étaient évanouis dans la nature.

Le 8 mai 1945, alors qu'ils stationnaient dans un petit village slovène, les responsables allemands ont brûlé les papiers d'identité et laisser-passer des Alsaciens afin qu'ils ne soient pas identifiés en tant de Français.

Lucien demande au lieutenant pourquoi ils n'avançaient pas plus rapidement, car il avait entendu dire que les Russes de Vlassov se portaient rapidement à la rencontre des Américains. L'officier allemand lui a répondu qu'il ne pouvait rien faire sans en avoir reçu l'ordre. Le lendemain, lorsqu'ils sont partis, les drapeaux yougoslaves flottaient déjà sur les maisons, mais la troupe ignorait totalement que l'Armistice était signé.

Des jeunes partisans leur ont tiré dessus, un Allemand a eu la tête traversée d'une balle, d'une joue à l'autre. Le lieutenant a donné l'ordre de tirer avec le canon, ce qui a fait fuir les Yougoslaves, puis il a révélé à ses hommes que la guerre était terminée, qu'ils pouvaient se rendre aux partisans de Tito ou aller se battre avec lui contre les partisans dans le but de se rendre aux Américains qui traitaient mieux les prisonniers que les Russes. Lucien et douze Autrichiens ont immédiatement accroché leurs fusils au canon et se sont éloignés. Peu de temps après, alors qu'ils venaient juste de se débarrasser de leurs ceinturons et de leurs baïonnettes, les jeunes partisans sont revenus pour leur parler et leur ont demandé pourquoi ils ont tiré puisque la guerre était terminée.

Yougoslavie

Lucien Brenner a traversé toute la Yougoslavie à pied, de l'île de Lemnos en Grèce au camp de prisonniers de Belgrade,
en passant par Salonique, la Macédoine, le Kosovo, le Monténégro, Sarajevo en Bosnie et Maribor (Marburg) en Slovénie.

Prisonnier des partisans de Tito

Au départ, ils étaient treize qui marchaient en direction de Maribor, ville slovène près de la frontière autrichienne. D'autres soldats les ont rejoints. Ils étaient prisonniers des partisans de Tito et un gardien en civil les accompagnait. Arrivant à un carrefour, un soldat yougoslave surgit et arrête la colonne. Il se plante devant le gardien civil, lui arrache son fusil, son foulard rouge et sa cocarde bleu blanc rouge, puis le gifle en expliquant : "Il y a quelques jours, il collaborait encore avec les Allemands".

De plus en plus nombreux, ils arrivent à Maribor. Lucien s'assied au bord d'un trottoir. Un jeune Slovène qui parlait un bon allemand vient s'asseoir à côté de lui et engage la conversation sur la guerre et ses conséquences : " Qu'est-ce que de Gaulle va dire quand tu vas rentrer chez toi ?" lui demande-t-il. " J'espère que je vais rentrer chez moi, mais je ne crois pas que je vais rencontrer de Gaulle", lui rétorque Lucien. Puis le jeune Slovène lui demande gentiment de lui donner ses guêtres. Lucien y consent. Une autre fois un très jeune partisan lui ordonne d'enlever et de lui donner sa veste. En échange, il lui remet une vieille veste sale et déchirée, mais Lucien apprécie qu'on le laisse vider ses poches de ses objets personnels. Ensuite, on lui demande son pantalon. Lucien dégrafe son pantalon et fait semblant d'écraser un pou entre les ongles de ses pouces. Cette ruse lui a permis de poursuivre sa route avec un pantalon alors que beaucoup étaient en caleçon. Un peu plus tard, on lui vole ses chaussures. Il a marché 200 kilomètres pieds nus, en pantalon et en chemise, heureux d'avoir pu conserver sa gamelle et sa cuillère pour se nourrir lorsque l'occasion s'en présentait.

Les partisans étaient totalement démunis et rien n'était organisé pour nourrir la masse de prisonniers qui a été dirigée de Maribor à Belgrade. En tête marchaient les Oustachis, soldats de l'armée croate, alliés des Allemands, puis suivaient les Allemands et les Italiens. A l'arrière, les soldats de diverses nationalités se regroupaient entre eux : Français, Polonais, Tchèques. Un jour, alors que la colonne de prisonniers pénétrait dans une forêt,  Lucien entend deux Allemands se dire : " Maintenant, on va être fusillés". Lucien, jeune Alsacien resté naïf, leur rétorque : "Mais on est prisonniers, les partisans n'ont aucun intérêt à nous fusiller". Il ignorait que les Allemands avaient massacré soldats, prisonniers et civils durant toute la campagne de Russie.

Les prisonniers marchaient vers Belgrade jusque tard dans la nuit. Ils avaient faim, ils étaient épuisés. La colonne s'étirait, de temps en temps des coups de feu à l'arrière signalaient qu'on avait abattu ceux qui s'étaient écroulés d'épuisement.

Il y avait de cruelles déceptions, comme celle de voir de loin fumer une marmite dans un village, rêver à une soupe chaude et découvrir qu'en fait il s'agissait de pommes de terre pourries et immangeables. Ou bien encore recevoir un fromage très fort et très salé sans pain et sans eau. Pouvoir remplir sa gamelle avec l'eau d'une fontaine était un luxe inappréciable. Les corps étaient alourdis de fatigue, les pieds souffraient d'ampoules. S'endormir avec les chaussures sous la tête en guise d'oreiller était un risque, au réveil il n'y avait plus de souliers et les poches avaient été vidées.

Fin juin 1945, après avoir traversé l'Europe Centrale depuis la Grèce jusqu'à la frontière autrichienne, et de là être revenu à Semlin (Zemun) près de Belgrade, Lucien rejoint un camp dans lequel étaient regroupés des prisonniers de différentes nationalités : Français, Polonais, Tchèques. Le hasard a fait qu'un jeune Alsacien originaire d'un village voisin de celui de Lucien se trouvait dans ce camp. Ce chanceux possédait encore un rasoir, ce qui a permis au coiffeur de se raser, et de raser tous ses copains. Un jour, un gardien vient le chercher pour raser le commandant du camp. Celui-ci paie Lucien avec une miche de pain. Mais comme il souffrait de dysenterie, il a donné le pain à ses copains tandis que lui et beaucoup d'autres mangeaient du charbon de bois. Il avait également des furoncles au visage et au ventre. Il y a eu beaucoup de malades et de morts.

Le retour en Alsace

En Yougoslavie se trouvait une mission française qui travaillait à libérer les prisonniers français. Des Allemands tentaient de se faire passer pour alsaciens afin d'être libérés dans de bonnes conditions. Pour éviter cela, les officiers de la mission française interrogeaient personnellement chaque prisonnier en lui posant des questions piège. A Lucien, on a demandé de citer quelques bons restaurants à Colmar. L'officier lui a dit : "Il y en a un qui se nomme le Kaufhüss" ce qui signifie : la Maison du Commerce. Lucien lui rétorque : "Non, ce n'est pas le Kaufhüss, mais le Kopfhüss" ce qui veut dire : la Maison des Têtes. L'examen était réussi !...

Une délégation militaire a emmené les Français au Pensionnat Saint-Joseph tenu par trois compatriotes religieuses. Là, on leur a donné des vêtements civils et quelques dinars. Pour leur première sortie en ville, ils sont allés au restaurant où on leur a servi un menu typique du pays avec beaucoup de légumes et du poulet. L'après-midi, ils sont allés au cinéma. Ils n'ont rien compris au film, mais aux actualités ils ont vu quelques séquences sur les manifestations organisées pour fêter la libération de Colmar, auxquelles participait un char de Wintzenheim, le village de Lucien.

Vers le 15 juillet, on les a rapatriés par avion à Naples, puis sur le croiseur Duguay-Trouin jusqu'à Marseille où ils ont été très bien accueillis, et ensuite par le train jusqu'au centre de tri de Chalon-sur-Saône. De là Lucien envoie un télégramme à sa famille pour prévenir de son retour, et il reprend le train jusqu'à Colmar avec des camarades alsaciens.

Le 28 août 1945, en arrivant à la maison, il découvre un berceau avec un bébé. Sa sœur Berthe venait d'avoir une petite fille. Il avait quitté Wintzenheim quarante mois auparavant et n'en savait rien.

Beaucoup de mères n'ont jamais vu revenir leur fils. Lucien avait mal lorsqu'il croisait leurs regards. Mais comme tous les rescapés, il a été très bien accueilli. Dans ce petit coin d'Alsace, souvent martyrisé, écartelé entre deux grands pays, on sait depuis des siècles d'invasions et de guerres qu'il faut mobiliser ses forces pour construire l'avenir et vivre ensemble.

Lucien a immédiatement repris son métier de coiffeur dans la boutique familiale.

Témoignage recueilli par Édith Sontag le 25 janvier 2007


Entre 1941 et 1945 : La guerre de Lucien Brenner

Lucien Brenner, né en 1922, a 17 ans lorsque la guerre éclate. Il travaille au salon de coiffure avec sa mère. En juin 1941, âgé de 19 ans, Lucien est contacté par Auguste Sonntag, instituteur et résistant. Ce dernier le charge de la distribution de tracts anti-nazis et de journaux et du transport de matériel dans la région. Ces faits sont passibles de prison et, pire, de la mort, à cette époque tragique.

WintzenheimEnrôlé en août 1942 dans la Wehrmacht (photo Jean-Louis Meyer)

Le 11 octobre 1941, Lucien Brenner est convoqué pour le service au RDA, le Reichsarbeitsdienst, service de travail du Reich, sorte d'antichambre à l'incorporation dans la Wehrmacht. Il n'a pas le choix ou si peu : en cas de refus, c'est la prison assurée et des menaces de déportation pour sa famille. Jusqu'en 1942, Lucien se retrouve en Allemagne à construire des hangars pour les chars. Dès lors, il n'a plus de contact avec la résistance. Auguste Sontag a été arrêté et sera exécuté à Stuttgart.

« Si nous devons expier... »

En août 1942, Lucien est enrôlé dans l'armée allemande et il fait ses classes à Augsbourg. Il évite, sans comprendre pourquoi, le front de l'Est et se retrouve en Grèce, sur l'île de Lemnos, face aux Dardanelles. Il y restera pendant 18 mois. Son unité n'a pas tiré de coup de feu et n'a aucun mort sur sa conscience. Il était le coiffeur de la batterie et, à ce titre, il a reçu quelques confidences des Allemands. Un soldat assez âgé et qui avait été sur le front de l'Est, lui a confié un jour : « Si nous devons expier ce que nous avons fait en Russie, il ne restera plus une pierre sur l'autre en Allemagne ! »...

En octobre 1944, sous la pression des attaques aériennes américaines, les Allemands abandonnent l'île de Lemnos et fuient vers le Nord. C'est le début de l'exode à travers les Balkans. En Yougoslavie, Lucien Brenner est fait prisonnier par les partisans, près de la frontière autrichienne, et c'est la longue marche vers Belgrade, affamé et épuisé. « J'ai fait 200 km pieds nus, en chemise et pantalon, parce que les partisans se sont attribués le reste».

Vers le 15 juillet, Lucien est rapatrié à Marseille, puis à Chalon-sur-Saône. Il arrive dans la maison familiale le 28 août 1945, bien après la libération de Wintzenheim, mais il est vivant. « J'avais du mal à croiser le regard des mères qui avaient perdu un fils ou un mari ».

Lucien a repris son métier de coiffeur.

Source : Jean-Louis Meyer, DNA du 3 février 2010


 VERSION PDF POUR IMPRIMANTE

*

PRECEDENT - SUIVANT

Copyright SHW 2016 - Webmaster Guy Frank

E-mail
contact@knarf.info

Retour au Menu
WINTZENHEIM 39-45

Société d'Histoire de Wintzenheim
www.shw.fr